10,00
TVA incluse
Ajouter au panier

Algérie le gâchis

Auteur : Claude Rioland

format : A5

nb pages : 120

isbn : 978-2-918352-56-3

 

   « A quelles hécatombes condamnerions-nous le pays si nous étions assez stupides et lâches pour l’abandonner » ainsi s’exprimait, le 24 octobre 1958, le Général-Président de Gaulle. Et pourtant ....! En reniant ses engagements, en abandonnant les départements algériens, partie intégrante de la nation française, de Gaulle entraîna la France dans un déclin fatal.

 

L'auteur

   Sous-lieutenant en Algérie (1958-1959), Claude Rioland, aujourd’hui professeur de Lettres retraité, ne  « raconte » pas sa pseudo-guerre d’Algérie, mais dénonce le « politiquement correct » qui nie, défigure, caricature même les faits, transformant les victimes en coupables, les contraignant à se repentir devant leurs propres tortionnaires !
   Au-delà des mensonges et de la désinformation, le combat que mène l’auteur est celui de la vérité qui, seule, pour reprendre l’expression-même d’Albert Camus, peut affronter la justice.

Afficher plus >>


Algérie le gâchis

10,00TVA incluse

Auteur : Claude Rioland

format : A5

nb pages : 120

isbn : 978-2-918352-56-3

 

   « A quelles hécatombes condamnerions-nous le pays si nous étions assez stupides et lâches pour l’abandonner » ainsi s’exprimait, le 24 octobre 1958, le Général-Président de Gaulle. Et pourtant ....! En reniant ses engagements, en abandonnant les départements algériens, partie intégrante de la nation française, de Gaulle entraîna la France dans un déclin fatal.

 

L'auteur

   Sous-lieutenant en Algérie (1958-1959), Claude Rioland, aujourd’hui professeur de Lettres retraité, ne  « raconte » pas sa pseudo-guerre d’Algérie, mais dénonce le « politiquement correct » qui nie, défigure, caricature même les faits, transformant les victimes en coupables, les contraignant à se repentir devant leurs propres tortionnaires !
   Au-delà des mensonges et de la désinformation, le combat que mène l’auteur est celui de la vérité qui, seule, pour reprendre l’expression-même d’Albert Camus, peut affronter la justice.


Afficher plus >>